Rencontre avec Anny Tricot

je vous présente Anny; guide bénévole de l’association des guides du Platier d’Oye.

Petite dame énergique, des yeux rieurs derrière ses verres de lunettes,

anny

Anny, sur notre terrasse en bois de pays…

Elle nous fait découvrir son « royaume » et ses passions… Observatrice confirmée depuis déjà de nombreuses années, elle nous livre son expérience. « … Ansérienne d’adoption depuis plus de 40 ans, j’ai voulu élever mon fils dans la connaissance des cycles de la nature et de son observation… , de fil en aiguille j’ai passé de plus en plus de temps à observer la faune, la flore, sous le regard bienveillant de passionnés qui m’ont appris à reconnaître tel ou tel oiseau… Pour le reste j’ai tout appris toute seule !… Devenir guide est devenu naturel… Une évidence… »

Et on n’en doute pas ! à bientôt 70 ans, Anny est avide de connaissances, entre ses travaux de recherches (une valise pleine de livrets sur la faune qu’elle a créés elle même !), l’université du temps libre, ses confitures, son chien, ses chats… Elle trouve toujours du temps à accorder aux visites organisées les premiers dimanches du mois à la réserve naturelle, Anny est généreuse !

 

Petite interview

C : Anny, en quoi consistent les visites guidées du Platier ?

A : Les visites sont organisées pour faire découvrir le site ; sa faune, sa flore, mais aussi les algues, les coquillages,… Le faire connaître pour mieux le protéger.

La création de la réserve naturelle date des années 80 (Cette plaine maritime, polder naturel, a été préservée d’un projet d’envergure: un lotissement de plus de 1000 maisons sur 160 ha qui devait concurrencer le prestigieux « Touquet »).

Finalement achetés par le conservatoire du Littoral et des villages lacustres, les terrains constitués de molières et vasières accueillent de nombreux oiseaux ; des dossiers de subventions sont montés en vue de créer un parc ornithologique…, malheureusement, le projet ne se fera pas…

En 1987, la réserve naturelle nationale est créée (ce sera une des premières d’Europe avec la baie de Canche). Il y a 30 ans, exactement, naissait l’association des guides nature du Platier d’Oye.

C : « … Anny, as-tu observé des changements sur le site au long de ces années ? »

A : « … Fatalement, on observe des changements, sans trouver de véritables causes, cela dit, on peut emmètre des hypothèses… 

…Il y a moins en moins de limicoles (oiseaux échassiers qui se nourrissent de petits vers et crustacés qu’ils trouvent dans le sable). Dû au manque de nourriture ? On pourrait faire le rapprochement avec l’utilisation des produits de carénage des bateaux (n’oublions pas que nous sommes en Mer du Nord, autoroute des nombreux cargos…) qui contiennent de nombreux produits chimiques ayant pour conséquence de modifier la sexualisation des coquillages (tous femelles ou tous mâles… Difficile donc de se reproduire pour servir de festin aux oiseaux!). Malheureusement, seule La législation européenne interdit l’utilisation de ces produits toxiques…

Je me pose aussi des questions sur l’incidence des constructions de jetées (dernièrement, le gigantesque centre méthanier au sud de Dunkerque), et la future construction du port de Calais gagné sur la mer et doté d’une impressionnante digue, qui sera longue de près de 2 kilomètres… Ces constructions agissent sur les courant marins, et fatalement sur les écosystèmes… »

port2015

Le projet du futur port de Calais

On observe de moins en moins de nidifications (avocettes, mouettes rieuses)… Serait –ce notre goupil qui dérangerait ?… Cet été par exemple, la colonie de sternes caugek observée (700 couples) a disparu du jour au lendemain. Bizarre…

cachalot

Le cachalot échoué attire de nombreux curieux…

C : « … As-tu un souvenir particulier à partager ? »

A : « … En mars 2003, un cachalot (http://platier.free.fr/cachalot.php ) en perdition s’est échoué sur la plage en bordure du platier. 25 tonnes, une quinzaine de mètres de long, l’animal est mort étouffé par son propre poids, dans l’impossibilité de retourner en mer une fois échoué.
Les échouages de cétacés laissent fréquemment les scientifiques interrogatifs : problème de désorientation, maladie, suicide ?
Les cachalots, perdus en mer du Nord, sont souvent victimes d’une intoxication aux métaux lourds, due à leur alimentation, et provoquent des altérations du fonctionnement de leur sonar.

sterne

Sterne Caugek (source wikimédia commons)

C : « … Qu’apprécies tu particulièrement au cours de tes balades sur le Platier ? »

A « … TOUT ! en particulier la magie du vol en V des oies migratoires (cendrées, bernaches,…), elles volent à heure régulière, très près du sol avec un bruit caractéristique ; c’est fantastique !

Mais aussi la découverte d’une plante rare ; fragile, épargnée par le piétinement.

Par exemple :  l’obione pédonculée ou la fragile violette de Curtis

violette

La fragile violette de Curtis…

C : « … Un dernier mot ? »

A : « … VENEZ !… »

L’asso des guides nature du Platier d’Oye organise des visites tous les premiers dimanches du mois. RDV 9H00 sur le parking de la maison dans la dune (parking de la réserve).

Une participation de 3 € est demandée par adulte, la visite étant gratuite pour les enfants. Les jumelles sont conseillées, de nombreuses espèces d’oiseaux sont visibles des différents observatoires. L’observatoire, route des dunes, est accessible aux personnes handicapées. Se munir de bottes l’hiver.

NOUVEAU ! ……… Visites guidées privées

Le Chalet sur la Dune vous propose des visites guidées de la réserve naturelle au départ du Chalet… Avec ANNY !!!

Adultes : 5€ (dégressif si plus de 3)

Enfants : de 8 à 15 ans : 3€ – gratuit pour les moins de 8 ans

Description de l'auteur

Laurent

A propos de l'auteur:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Reset all fields